Les Obsèques de Patrice Jacoille

Reads: 146  | Likes: 0  | Shelves: 0  | Comments: 0

  • Facebook
  • Twitter
  • Reddit
  • Pinterest
  • Invite

Status: Finished  |  Genre: Adult Romance  |  House: Booksiesilk Classic Group

Le décès de Patrice Jacoille se produit lorsqu'il est avec une institutrice de sa paroisse dans un hôtel de passe. La cause de sa mort reste cachée à sa famille. Pourtant, les obsèques de Jacoille se passent d'une manière spéciale...

Les Obsèques de Patrice Jacoille

 

Le décès de Patrice Jacoille était des plus imprévus, mais pour lui également des plus heureux. Un soir, il était en train de se démener dans la position du missionnaire sur une institutrice de l’école paroissiale, madame Annique Thonon. Pour se rencontrer en secret, environ une fois par mois, ils louaient une chambre dans l’hôtel de passe “Roule ta Boule” pour trois heures dans la commune de Haeren, à environ 10 km d’où ils habitaient.

Au moment où Jacoille éjaculait son foutre dans la foune d’Annique, il s’est affaissé sur elle en poussant un râle. Un infarctus massif l’a foudroyé. Madame Thonon a bien réalisé que son amant était mort, mais elle n’a pas paniqué. Elle s’est dégagée de sous le corps pesant de Patrice, est allée laver sa chatte, s’est rhabillée à toute vitesse et a prévenu le gérant de l’hôtel de ce qui s’était passé. Comme elle était une bonne cliente de l’établissement, ensemble, ils ont lavé la bite et les couilles de Jacoille pour éliminer toute trace de sperme ou de jus vaginal. Puis, ils ont rhabillé le défunt, et dans le noir, ils ont installé le corps encore chaud de Patrice derrière le volant de sa voiture après que le gérant avait déplacé celle-ci de quelque 500 mètres pour qu’elle soit assez loin de l’hôtel. Une heure après, un automobiliste qui s’était arrêté derrière la voiture de Jacoille a compris que la personne dans la voiture était dans une situation précaire. Il a appelé la police, qui, à son tour, a prévenu tout prudemment Marie Berdain, l’épouse du défunt.

Voilà arrivé le jour des obsèques de Patrice Jacoille, un jour bien triste… Pour Marie Berdain, ce fut même le jour le plus triste de sa vie jusqu'à présent. Son mari Patrice était mort subitement d'une crise cardiaque, dans des circonstances qu’elle avait du mal à comprendre. Aujourd'hui, au jour de ses obsèques,le pire pour Marie était qu'à l'église Saint-Georges elle devait avancer dans le couloir central parmi tous ces gens qui la regardaient curieusement pour voir si elle était vraiment triste. Après tout, il y avait des gens dans l'église qui pensaient que Patrice Jacoille ne méritait pas une seule larme.

Une fois que Marie Berdain et la famille du défunt avaient pris place à l'avant de l'église, la cérémonie de deuil a pu commencer. Le service était dirigé par le diacre Gérard Dujardin. Il avait suivi un cours spécial au diocèse pour diriger les rites funéraires. Dujardin a d'abord dit une prière de deuil appropriée, puis il a appuyé sur le bouton du lecteur de CD pour faire entendre "Les Filles du Bord de Mer" d'Adamo, l'une des chansons préférées de Patrice Jacoille. Cela ne s'est pas arrêté là. Véronique Jacoille, une cousine de Patrice, s'est levée et a chanté "Little Girl Blue" de Janis Joplin. Marie n'a pas su retenir ses larmes lorsque Véronique a crié la chanson de sa voix rauque, comme si elle avait été écrite juste pour elle.

Lorsque Véronique faisait entendre les dernières notes, elle a soudain arrêté de chanter. Elle a regardé droit devant elle dans l'église comme si elle avait vu un fantôme. Marie Berdain s’est retournée sur sa chaise. Une grande femme blonde avec une silhouette rubensienne bien remplie s'est avancée dans l'allée centrale. Marie avait l'impression qu'elle n'avait jamais vu une femme aux hanches si larges et aux fesses si grosses qui se balançaient à chaque pas. On aurait dit que la blonde faisait délibérément rebondir ses fesses de haut en bas pour attirer l'attention. Mais sa robe la démarquait aussi. Elle était noire, la couleur du deuil, mais c'est là que s'arrêtait le sentiment de deuil. Le tissu noir était transparent et la robe était si courte… Si cette blonde éternuait, tout le monde dans l'église pourrait voir son cul. Espérons, a pensé Marie, que cette garce impudente porte un slip…

Mais cette femme blonde n'était pas du tout gênée par son apparence. Elle s'est avancée avec ses épaules en arrière et ses nichons bien remplis pointant vers l'autel. Elle tenait fièrement la tête en haut et elle avait un sourire sur le visage qui n'indiquait pas du tout le deuil. Après avoir dépassé les chaises de la famille jusqu'au devant de l'église, elle a viré vers la gauche. Dans l'allée transversale, elle a pris place au premier rang, face aux proches en deuil.

Tout le monde avait remarqué le comportement arrogant de la garce blonde. Un murmure s'est levé dans l'église, et plusieurs membres de la famille ont demandé à la veuve: “Qui est-ce?” Andréa n'a pas répondu. Elle ne voulait pas se faire remarquer dans l'église bondée où presque tout le monde la connaissait. Mais ce n'était pas le cas pour Mélanie, la mère de Patrice Jacoille, âgée de 77 ans. Elle était clairement indignée. Elle s'est avancée sans hésiter vers l'allée où la femme blonde était assise et lui a parlé. Mélanie était dure d’oreille et elle a parlé si haut que la moitié des fidèles ont pu suivre clairement la conversation.

Qui es-tu? Et que fais-tu ici?” a demandé brutalement Mélanie.

Je m'appelle Cerise, et j'étais l'amour de la vie de Patrice,” a répondu l'étrange femme. “Je l'ai connu pendant onze ans. Au moins une fois tous les quinze jours, il venait me voir pour me baiser.”

 

La mère de Jacoille était là, pétrifiée par cette affirmation scandaleuse. Mais elle n'avait pas perdu sa voix:

 

Eh bien, Denise, tu n'as pas honte de dire une chose pareille sur mon fils mort?” a-t-elle demandé.

 

Je m'appelle Cerise, pas Denise,” fut la réponse. “Je ne devrais avoir honte de rien. Patrice et moi nous sommes bien compris pendant onze ans. Ce fut un réel plaisir de coucher avec lui. Il prenait grand soin de mon corps pour que je puisse jouir aussi de nos amours. Ils étaient merveilleux les mardis soirs où il venait me voir pour me sauter.”

 

Il n'y a pas vraiment eu de tumulte dans l'église Saint-Georges, mais cela y ressemblait un peu. Les gens ont commencé à se parler à mi-voix de ce qu'ils avaient entendu de la femme blonde. Personne n'a ri, mais ci et là, il y avait un homme dont le visage a rougi. Il y avait aussi quelqu'un qui a juré à haute voix… La blonde s'en fichait complètement. Ce sourire hautain est resté sur son visage. Elle est même devenue vulgaire. Elle a mis une jambe sur l'autre. Les personnes assises en face d'elle ont eu une vue spectaculaire sur ses énormes cuisses blanches, mais pas vraiment sur son entrejambe. Il n'était pas clair si elle portait un slip ou si elle était venue à l'enterrement le cul nu. Sinon, le scandale de l'église Saint-Georges aurait été trop grand.

Le bon déroulement de la cérémonie funéraire avait été perturbé. Le diacre Gérard Dujardin n'avait pas manqué non plus la conversation entre Mélanie et la frivole blonde. Il n'était pas simplement devenu rouge, comme certains autres. Gérard a commencé à transpirer à cause de ce qui se passait. Jamais dans sa carrière débutante de diacre à la paroisse Saint-Georges il n'avait été aussi embarrassé. Dujardin ne savait pas quoi faire dans ces circonstances. Il savait cependant contrôler ses nerfs et conserver un semblant de dignité en tant que ministre de la Sainte Église. Le diacre n'a pas osé aller à Cerise pour lui parler. Qui savait comment elle réagirait ? Elle était capable de l'insulter!

Gérard Dujardin a donc agi comme si de rien n’était. Il a terminé consciencieusement le reste du rituel funéraire. A la grande satisfaction du diacre et aussi de Marie Berdain, cela s’est déroulé sans encombre, comme tous les autres services funèbres dont Dujardin avait dirigé la cérémonie. Le petit désagrément que la présence de Cerise avait causé n'était qu'un incident qui ferait tourner les langues dans la paroisse pendant un certain temps, mais serait aussi vite oublié.

 

Une fois le reste du programme terminé et qu'il était temps pour dire le dernier au revoir à Patrice Jacoille, la blonde provocatrice s’est levée et s’est dirigée rapidement vers le cercueil. Elle s’est penchée et a embrassé le bois à l'endroit où se trouvaient les lèvres de Patrice. La communauté de Saint-Georges a retenu son souffle. Cerise était là, inclinée en avant, ses lèvres collées au cercueil… Non seulement elle avait manqué de respect aux fidèles de Saint-George par sa présence dans l'église, mais en plus, elle ne portait pas de culotte. Ses grosses lèvres génitales bien remplies ont inspiré aux hommes des pensées coquines, aux femmes son cul nu crevait vraiment les yeux. Une femme de l’âge de Mélanie s’est même évanouie et on a dû la porter à l’extérieur pour qu’elle puisse respirer de l’air frais.

Marie Berdain a couru hors de l'église aussi vite qu'elle le pouvait après les funérailles de son mari, ne sachant pas si elle avait plus honte de l'apparition soudaine de sa maîtresse ou qu’elle devait admettre à quel point Cerise était sexy. Même Marie avait eu un peu chaud quand Cerise s'était penchée sur le cercueil. Elle-même n'avait que des lèvres génitales fines et sèches, mais celles de Cerise étaient décidément juteuses… Et en parlant de juteuse, pour ne rien arranger, tout le monde pouvait voir à quel point Cerise mouillait entre ses jambes. Comparée à Cerise, Annie était une femme peu attractive à son âge. Du coup, elle a été effrayée par cette pute lors du dernier adieu à son mari, même s'il l'avait constamment trompée derrière son dos! Ça piquait, et la douleur de cette vérité était pire que d’avoir perdu son cher Patrice, ce gentil hypocrite…

 

© Robur Quercus 2022

 


Submitted: March 25, 2022

© Copyright 2022 Robur Quercus. All rights reserved.

  • Facebook
  • Twitter
  • Reddit
  • Pinterest
  • Invite

Add Your Comments:

Other Content by Robur Quercus

Short Story / Adult Romance

Short Story / Adult Romance

Short Story / Adult Romance